L'excellence du millésime 2012 révélée

Les premières dégustationsL'excellence du millésime 2012 révélée

Un millésime prometteur


 

 

Selon le viniculteur Nicolas Burnez

 

« Suite à une de mes premières dégustations des 2012 en novembre, j'ai eu l'immense plaisir de déguster à nouveau deux très beaux Chassagne-Montrachet Premier Cru Les Macherelles et Les Chenevottes que j’avais vinifié l’année dernière. 

Surprise ! Ces vins que j’avais mal notés au moment de la mise en bouteille en juillet, tant ils me semblaient fatigués, voire ternes et fermés, je les ai retrouvé quatre mois plus tard croquants, tendus, denses avec beaucoup de netteté et de fraîcheur. 

Au-delà de la satisfaction que cette dégustation m’a procuré, elle m’a fait prendre conscience plus encore de l’importance des dates de préparation des vins et a surtout mis en exergue la difficulté du choix de la date de mise en bouteille. 

2012 était une vendange difficile, voire compliquée du fait des aléas climatiques de l’année et du peu de volume de récolte. Les vins en fin de fermentation alcoolique restaient neutres et peu expressifs. Par contre à l'élevage la fermentation malolactique s’était très bien déroulée, permettant de conserver un niveau de co² naturel élevé que j'ai d'ailleurs essayé de garder à la mise en bouteille avec pour résultat des nez aériens et complexes ! D’où l’importance de repenser son mode opératoire à chaque millésime pour chaque action entreprise sur les vins. Il est essentiel de se remettre en question surtout avec l'évolution climatique générale que nous subissons si nous voulons conserver à nos vins un niveau gustatif d’extrême qualité. » 

L'excellence du millésime 2012 révélée fév. 2017              L'excellence du millésime 2012 révéléedégustation              L'excellence du millésime 2012 révélée millésime 2012

Ropiteau Frères en images



Liens

http://www.caves-ropiteau.com/

Facebook

Où nous trouver?


Agrandir le plan