Millésime 2009, les plus belles cuvées

Millésime 2009

Les plus belles cuvées

 

 

Pour la maison Ropiteau Frères, 2009 est le millésime de vins friands, équilibrés, ronds, avec une belle complexité sur l'ensemble des appellations de la maison. Afin de conserver toute la fraîcheur et le potentiel aromatique des vins, le viniculteur a décidé d'une mise en bouteille précoce, en juillet, de 80 % de ses vins contrairement à son habitude. Tous les vins sont travaillés de la même façon sans distinction d'origine afin qu'ils expriment le meilleur d'eux-mêmes, avec une vinification partielle ou totale en fût.

 

Une constante dans la grande diversité de caractère de chaque vin en fonction des lieux-dits. Parmi les coups de cœur de Nicolas Burnez cette année :

 

Le Meursault "Le Limozin" tout à la fois charnu et soyeux s'exprime sur des notes florales.

 

Le Meursault "Les Rougeots", dense et nerveux présente des notes d'agrumes avec, comme à son habitude, une certaine retenue, puis, connaissance faite il se révèle à qui sait l'attendre.

 

Et la cuvée emblématique de la maison, Le Meursault de Ropiteau, "élégance, puissance et finesse"

Une bouche assez vanillée, de l'amplitude caractéristique de 2009, mais surtout une bonne fraîcheur et une bonne tenue dans l'esprit et le style Ropiteau : recherche de l'expression du terroir dans son millésime, minéralité, élégance, finesse et longueur.

13.000 bouteilles soit 43 fûts sont produits en moyenne chaque année. Un volume important pour un village aussi coté qui est le résultat d'un assemblage d'une vingtaine de parcelles différentes ! Ici l'effet de l'assemblage est plus fort qu'ailleurs, il est déterminant car il faut combiner des vins aux nuances subtilement différentes qui s'équilibreront avec harmonie : une vraie création, une interprétation de Meursault dans un style toujours très enlevé qui est beaucoup apprécié et toujours très bien noté.

 

Auxey-Duresses ou "Le Petit Meursault"

Auxey-Duresses est l'un de ces petits villages discrets de la Côte de Beaune en contrebas de Saint-Romain et caché par Meursault qui mérite que l'on s'y attarde. Depuis trois ans cette appellation est montée à la fois en volume et en qualité chez Ropiteau passant de 1 500 à 4 500 bouteilles. A l'aveugle, on pourrait presque le qualifier de "petit Meursault" tant ce vin peu connu exprime une complexité très murisaltienne. Certes, il a moins de puissance et de densité que son prestigieux voisin, mais il y a cet équilibre très intéressant.

 

Cette cuvée est issue de plusieurs vignes âgées en moyenne de 55 à 60 ans, saines et ayant atteint un bon équilibre végétal, exposées plein sud. Son élaboration est aussi soignée que pour les autres grands blancs de la cave : débourbage et vinification en fût. 20 % de fût neuf de chauffe moyenne seulement, choisi parmi les quatre  tonneliers sélectionnés par la maison.

 

Ici aussi un élevage assez court et une mise en bouteille au moment où les vins ont acquis un beau niveau va permettre de conserver le fruité et d'éviter trop de lourdeur précoce, risque encouru certaines années chaudes alors que l'on privilégie la fraîcheur et la vivacité. Un vin d'une grande finesse, très élégant, de belle tenue, très agréable à boire, le mot qui convient est "friand" ! Enfin, son ultime atout demeure son très bon rapport qualité prix. 

 

Saint-Romain Sous Le Jaron, "aérien"

50 pièces en tout sur cet autre village de la Côte de Beaune, cachée au fond de la vallée,  dont 11 pièces du climat "Sous Le Jaron".

Plusieurs parcelles de très vieilles vignes de 80 ans en bas du village, juste à cote d'Auxey-Duresses, exposées sud, composent cette cuvée. Un sol très caillouteux, avec très peu de terre, des situations gélives, des pentes raides, autant de conditions extrêmes qui font souffrir la vigne et donnent ainsi naissance à de très belles choses. Des rendements relativement corrects de 40 à 45 hl/ha pour des raisins cueillis justes mûrs pour éviter à tout prix la surmaturité, et rentrés avec soin, ont eu une fermentation malolactique très rapide. Sur ce climat de Saint- Romain, le style est beaucoup plus aérien, plus léger, plus nerveux et plus tendu.

 

Enfin quelques mots sur l'atypique Puligny-Montrachet Le Trezin, très tendu, très frais et très vif qui sera mis en bouteille plus tard en fin d'année et dont nous reparlerons...


Ropiteau Frères en images



Liens

http://www.caves-ropiteau.com/

Facebook

Où nous trouver?


Agrandir le plan